Dur, dur, dur mais j'y suis arrivé. Il faut dire que j'avais mis la barre bien trop haute, mais vraiment trop haute. Je voulais faire l'impossible. Que voulez-vous ? Quel défi, je m'étais lancée. Il est vrai que ne plus travailler à l'extérieur laisse énormément de temps libre mais l'équilibre à trouver, le juste-milieu n'est pas simple à atteindre. On ne se refait pas. Je m'améliore doucement en me fixant des objectifs plus raisonnables et surtout réalisables. La preuve est que j'arrive à aller beaucoup plus facilement au bout de mes ouvrages, même si ceux-ci restent parfois un moment sur le côté. En plus, je vous avoue que c'est vraiment pas facile d'être boulimique de travaux manuels. Je voudrais tout faire mais le temps n'est pas extensible. Tout me tente. Je ne suis sûrement pas la seule dans ce cas-là : rassurez-moi...

Suis quand même bien contente de tous ces petits morceaux de savoir-faire mis à la disposition de la petite puce qui va agrandir bientôt la famille.

Suis aussi contente d'avoir choisi pour 2010 de mettre priorité au déstockage des merveilles que j'ai un peu partout dans la maison.

Et bien voilà : les bavoirs, les draps-housses pour le landau sont terminés, les boutons sont cousus. La machine à tricoter que j'ai remise en route a bien fonctionné, la machine a coudre a chauffé, la CB aussi d'ailleurs, et les aiguilles à tricoter n'ont pas chômées. Me reste quelques finitions à faire sur quelques modèles mais dans des tailles plus grandes.

Suis bien fatiguée mais c'était important pour moi de faire ce cadeau à cette petite puce.

Un aperçu de mon occupation depuis le début de l'année.

IMGP1952IMGP1965IMGP1950

IMGP1949IMGP1962IMGP1954

IMGP1963IMGP1948IMGP1959IMGP1953IMGP1964

Vais maintenant pouvoir me consacrer à autre chose.